• Tuée a jamais ( c'est un texte que j'ai écri lors de l'année de mes 12 ans )



    Il fut un jour ou j'ai eut 12 ans comme presque tout le monde...
    Mais cette année la a basculer tout
    Elle a tout fait chavirer
    Tout c'est rêve et la grandeur que peut éprouver une petite fille de 12 ans sont tombés
    Tout, le jour ou il a tout détruit
    Jusqu'au plus profond de mon âme
    Un mélange d'un certain profit de l'autorité et de la force
    Une douce colère
    Un divorce difficile
    Une nouvelle famille
    Un beau père qui fera toute la difference
    Il la fera si bien qu'il me brisera a jamais
    Ce jour venue ou une fois de plus je n'ai pas su dire non
    Ce jour ou la peur était mon plus grand démon
    Ou on me volera mon enfance
    Et ou ma plus grande torture commence
    Comment dire ce que je ressend
    Entre colère et démence
    Fascination et soufrance
    Douleur et impuissance
    Je ne sais plus quoi faire
    Car il ne se passe pas une journée
    Sans que ces images dictent mes pensées
    J'ai essayé en vain
    D'y mettre un bien triste fin
    Mais rien y fait
    Je n'en est pas la force et surtout le courage



  • Commentaires

    1
    Mercredi 12 Juillet 2006 à 11:42
    Surtout...
    ne baisse pas les bras. Regarde-moi. Regarde où j'en suis... Je te félicite pour le courage qu'il t'a fallu d'écrire ça ici, avec tes mots, avec ton coeur. Continue, je t'en prie... Laisse encore les douleurs et les violences sortir de ton corps. Je sais que ça fait mal, je sais qu'après c'est encore pire, mais, pour le moment, ça fait du bien... Bises.
    2
    Mercredi 19 Juillet 2006 à 19:51
    On s'en sort !
    On s'en sort, petite fille. On s'en sort quand on a touché le fond, on remonte des abîmes, on remonte. La cicatrice ne s'efface jamais, ça non. Mais pour survivre à cela, tu as du faire preuve de beaucoup de courage. Et cette force là, personne ne te la retirera. Pour survivre à la même chose, je me suis donnée pour objectif de poursuivre mes rêves. Des rêves hors du commun, des rêves grandioses. Tant que je poursuis ces rêves, je ne pense pas à mon passé. C'est ma façon à moi de m'en sortir, ce fut la façon de beaucoup d'artistes, mais il y en a d'autres. A toi de trouver la tienne. Tu la trouveras, je n'en doute pas. Je sens une grande force en toi. Ecris-moi si tu le souhaites. Géraldine Feuillien.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :